Aujourd’hui, on va faire du tri !!

Du tri, du tri, et encore du tri ! 😊

Après avoir passé les étapes cruciales de « Savoir qu’on n’est pas soi-même » et « Comprendre et accepter son passé », on est ‘fin prêt à découvrir qui l’on est VRAIMENT.

Pourquoi ?

Parce que, de un : on a ouvert les yeux sur le fait qu’il y avait un problème (ce qui est un très grand pas) : on n’est pas soi-même.

Parce que, de deux : on est prêt à aller de l’avant car on a tourné la page du passé.

On est donc au top pour cette nouvelle étape : savoir qui on est vraiment.

Le concept

Le jour où je suis passée à cette étape, j’avais une énergie incroyable ! J’étais ultra déterminée !

Dans ma tête, une phrase résonnait sans cesse : « je ne veux plus jamais être quelqu’un d’autre que MOI ».

Fini de faire semblant !

Fini d’être ce que les autres veulent que je sois !

Fini de subir les croyances limitantes des autres !

Et surtout, fini de rester avec des idées/principes/convictions qui ne sont pas les miennes, et auxquelles je ne crois pas !

Mais comment faire pour se débarrasser de tous ces boulets qui nous encombrent, qu’on traine depuis des années ?

Car oui, une idée à laquelle vous croyez est semblable à un gros ballon rempli d’hélium ! Elle vous porte, elle vous pousse vers l’avant !

Alors qu’une idée à laquelle vous ne croyez pas est un boulet attaché à votre cheville par une chaine bien épaisse, bien lourde…

Savoir qui on est vraiment revient à se rendre compte de ce qui est un boulet ou un ballon d’hélium pour nous.

Et attention ! Il faut réussir à dénicher les fausses croyances également, qui sont ni plus ni moins que des boulets déguisés en ballon d’hélium !

D’où le fameux tri à faire.

Et vous allez voir que, quand on se débarrasse de ses gros boulets, et qu’on ne garde que les ballons d’hélium, on se sent teeeeellement plus léger !! 😀

 

Une précision avant de voir comment on procède :

Faites l’exercice suivant sans en parler autour de vous.

Si personne ne sait ce que vous faites, personne ne pourra vous influencer volontairement.

Et si vous ne devez pas en parler, vous n’irez pas chercher les réponses chez les autres volontairement.

Ça ne fait pas tout pour réussir l’exercice, mais c’est déjà très un bon début pour se couper des jugements des autres et de leurs convictions à eux.

Première étape : Liste des croyances

On va d’abord faire la liste de nos principes et convictions. Ou plutôt, des principes et des convictions qu’on nous a inculqués depuis tout petit et qu’on n’a jamais (ou presque) remis en question !

Sans chercher à faire de tri.

On balance TOUTES les idées qu’on a.

Qu’elles soient bonnes ou mauvaises (quand je dis « mauvaises » ça signifie « politiquement incorrect/immoral/honteux/etc., selon nous-même »).

Mon exemple :

Je vous donne un exemple de ma propre liste, à l’époque où je l’ai écrite :

  • Être en couple c’est être tout le temps ensemble
  • Les personnes en surpoids ne doivent pas mettre de vêtements moulants
  • Sortir les poubelles c’est un boulot d’homme
  • La famille passe avant tout
  • Des sous-vêtements doivent être appareillés sinon c’est moche
  • Je suis moche si je ne suis pas maquillée
  • Toutes les religions peuvent vivre ensemble en paix
  • Travailler (pour l’école) c’est faire des exercices non-stop pendant au moins 4h
  • Les piercings et les tatouages sont pour les gens qui cherchent à montrer qu’ils existent
  • Se mentir à soi-même est la pire chose qu’on puisse se faire
  • Dès que je commence un projet, je le réussis forcément
  • Aller au cinéma ou au restaurant seul·e c’est triste
  • Mes parents sont les personnes qui savent le mieux ce qui est bon pour moi
  • Être en retard de plus de 5 min est un manque de respect
  • Être homosexuel·le est une maladie

Bon je m’arrête là parce qu’on n’en finirait pas, haha !

Alors, que constatez-vous dans cette liste ?

Plusieurs choses :

  • Ce sont des principes/convictions qui viennent de tous les horizons: mes parents, mes professeurs d’école, mes amis, les gens que j’ai croisés en général
  • Certains d’entre vous trouveront certaines de ces idées horribles, alors que d’autres trouveront ça normal (pour vous montrer qu’une idée n’est pas jugée de la même façon par tout le monde)
  • Il y a des « grands » principes, et des « petits ». Il faut TOUT mettre
  • Il y a des idées qui concernent les autres, et des idées qui me concernent (là où il y a « je »)

Maintenant c’est à votre tour : prenez le temps qu’il faut pour faire votre liste, et revenez sur l’article pour passer à l’étape suivante :

Deuxième étape : un premier tri grossier

Un peu comme un grand ménage de printemps : on met d’un côté ce qu’on jette ou donne, et de l’autre ce qu’on garde !

C’est pareil dans le tri des idées/principes/convictions.

Je vous invite alors à prendre votre liste et à commencer un travail d’introspection.

Le but est de prendre chaque ligne de votre liste, et de vous poser la question suivante :

« Est-ce que j’y crois vraiment au plus profond de moi ? »

Pour trouver la réponse, il n’y a qu’à un seul endroit où il faut chercher :

EN VOUS-MÊME

Ben oui ! Vous croyez quoi ?

On n’a pas fait tout ce chemin pour recommencer à aller chercher les réponses ailleurs, chez les autres !

Non non, c’est fini ça !

N’oubliez pas que le but est de se retrouver SOI-MÊME, comme on est VRAIMENT au fond de nous.

Hors de question de chercher ailleurs qu’en soi-même.

Mais comment faire pour trouver les réponses en soi ?

Très simple sur le papier : vous devez vous débarrasser de tout jugement de valeur sur les idées écrites, comme s’il ne s’agissait que de faits, ou d’idées qui ne sont pas les vôtres.

Pour vous aider à faire ça, imaginez vous seul sur une île déserte, où vous pouvez faire tout ce que bon vous semble. Votre île, vos lois, vos idées, vos principes, vos convictions.

Plus personne pour vous juger. Plus personne pour vous regarder. Plus personne pour être en désaccord.

Vous êtes seul·e face à vous-même et à VOTRE définition de ce qui est « bien et mal ».

Autre astuce pour mes camarades hypersensibles ou pour ceux qui ont appris à écouter leurs sensations et émotions intérieures : pensez à la question « est ce que j’y crois vraiment au plus profond de moi ? » pour une de vos lignes sur la liste que vous avez écrite, et écoutez la réponse en vous.

Quelles sont vos sensations ?

Est-ce qu’elles sont positives ou négatives ?

Sentez-vous une sérénité ou un dérangement ?

Je suis consciente que cet exercice peut prendre du temps car :

  • La liste est longue
  • Il faut réfléchir parfois longtemps pour avoir la réponse

Mais le but n’est pas d’aller vite, le but est d’être SÛR·E de ces croyances à la fin de l’exercice ! 😊

Donc patience et courage !

Si vous avez du mal, je vous conseille de lire mes articles suivants, ils pourront peut être vous aider, vous inspirer, vous éclairer :

Personnellement, ce travail m’a pris environ un an pour les plus gros principes (ceux qui sont très très ancrés parce qu’on me les a martelés en tête depuis que je suis petite).

Mais revenons à nos moutons.

Une fois que vous vous êtes posez la question de savoir si vous y croyez vraiment, tagguez votre ligne par :

  • J’y crois: qui peut signifier je le pense/j’adhère/je suis d’accord/pour moi c’est bien/pour moi c’est vrai
  • Je n’y crois pas: qui peut signifier je ne suis pas d’accord avec ça/pour moi c’est mal/pour moi c’est faux/je ne le pense pas
  • J’hésite encore: qui peut signifier je ne suis pas sûr·e d’y croire/je ne suis pas sûr· que ça soit bien ou mal pour moi/je ne suis pas sûr·e que ça soit vrai ou faux pour moi

Le « j’hésite encore » seront pour les idées où vous n’avez pas encore trouver la réponse, et où il faudra réfléchir encore.

Mon exemple :

Je reprends donc ma liste précédente, et je vais vous donner mes tags, après les réflexions et expériences que j’ai eues :

Je n’y crois pas J’y crois
Être en couple c’est être tout le temps ensemble La famille passe avant tout
Les personnes en surpoids ne doivent pas mettre de vêtements moulants Toutes les religions peuvent vivre ensemble en paix
Sortir les poubelles c’est un boulot d’homme Se mentir à soi-même est la pire chose qu’on puisse se faire
Des sous-vêtements doivent être appareillés sinon c’est moche
Je suis moche si je ne suis pas maquillée
Travailler (pour l’école) c’est faire des exercices non-stop pendant au moins 4h
Les piercings et les tatouages sont pour les gens qui cherchent à montrer qu’ils existent
Dès que je commence un projet, je le réussis forcément
Aller au cinéma ou au restaurant seul·e c’est triste
Mes parents sont les personnes qui savent le mieux ce qui est bon pour moi
Être en retard de plus de 5 min est un manque de respect
Être homosexuel·le est une maladie

Woouuuaaah ! Que de boulets je trainais !!

Vous vous rendez compte que sur 15 idées, après réflexion il n’y en a que 3 auxquelles j’adhère complètement ?!?

C’est quand même dingue !

Bon ceci dit, il ne faut pas penser que je n’adhère pas du tout à toutes celles où j’ai mis « je n’y crois pas ».

Il y a parfois des ajustements à faire pour qu’un boulet se transforme en ballon ! Et c’est ce qu’on va faire tout de suite.

Car si, en plus de se débarrasser de certains boulets, on peut en transformer d’autres en ballons, c’est tout bénef non ? 😀

Donc la prochaine étape :

Troisième étape : on transforme les fausses croyances en vraies convictions !

Cette étape est simple mais tout de même importante, car faire l’effort de créer du positif sur un ancien négatif permet de renforcer l’état d’esprit de bon changement, d’amélioration !

Ça donne des ailes !

Comprenez bien que derrière toute fausse croyance, se cache une vraie conviction. Derrière un boulet, se cache en fin de compte un ballon d’hélium qui fait avancer ! 😀

Pourquoi ne pas en profiter ?

Ce que vous devez faire est simple :

  • Prenez votre liste de « Je n’y crois pas »
  • En face de chaque ligne : mettez le contraire dans un premier temps
  • Sur ce contraire, posez-vous la question précédente : « Est-ce que j’y crois vraiment au plus profond de moi ?»
  • Faite le travail nécessaire de réflexion/introspection pour trouver la réponse
  • Ajuster (si nécessaire) jusqu’à trouver votre vraie croyance à vous !

Mon exemple :

Voilà ce que ça a donné, quand j’ai appliqué cette étape :

Mes vraies croyances sont en orange !

Croyance de départ Contraire Ajustement 1 Ajustement 2
Être en couple c’est être tout le temps ensemble Être en couple ce n’est jamais être ensemble Être en couple c’est être ensemble de temps en temps

 

Quand on est en couple, on est ensemble quand on en a envie ou besoin

 

Les personnes en surpoids ne doivent pas mettre de vêtements moulants Les personnes en surpoids doivent mettre des vêtements moulants Les personnes en surpoids mettent ce qu’ils veulent Les gens mettent ce qu’ils veulent
Sortir les poubelles c’est un boulot d’homme Sortir les poubelles n’est pas un boulot d’homme Sortir les poubelles, c’est une des tâches à faire dans le foyer (il faut se mettre d’accord sur qui fait quoi de façon équitable)
Des sous-vêtements doivent être appareillés sinon c’est moche Des sous-vêtements ne doivent pas être appareillés sinon c’est moche On met ce qu’on veut quand on le veut, si on le veut
Je suis moche si je ne suis pas maquillée Je suis moche si je suis maquillée Je me maquille parce que j’en ai envie, pas pour me rendre belle, la beauté n’a rien à voir avec le maquillage
Travailler (pour l’école) c’est faire des exercices non-stop pendant au moins 4h Travailler (pour l’école) ce n’est pas faire des exercices non-stop pendant au moins 4h Chacun a sa méthode pour travailler
Les piercings et les tatouages sont pour les gens qui cherchent à montrer qu’ils existent Les piercings et les tatouages ne sont pas pour les gens qui cherchent à montrer qu’ils existent Les piercings et tatouages sont pour ceux qui les aiment

 

Dès que je commence un projet, je le réussis forcément Dès que je commence un projet, je ne le réussis pas forcément Dès que je commence un projet, c’est ma passion pour celui-ci qui fait que je vais avoir plus de chances de réussir et de rebondir de mes échecs
Aller au cinéma ou au restaurant seul·e c’est triste Aller au cinéma ou au restaurant seul·e ce n’est pas triste
Mes parents sont les personnes qui savent le mieux ce qui est bon pour moi Mes parents ne sont pas les personnes qui savent le mieux ce qui est bon pour moi La seule personne qui sait le mieux ce qui est bon pour moi est MOI-MÊME (encore faut-il que j’apprenne à m’écouter pour répondre à mes besoins et envies)
Être en retard de plus de 5 min est un manque de respect Être en retard de plus de 5 min n’est pas un manque de respect Être en retard n’est pas un manque de respect, c’est ne pas prévenir qui en est un
Être homosexuel·le est une maladie Être homosexuel·le n’est pas une maladie

Constatez que des fois, le contraire de la fausse croyance de départ est déjà ma vraie croyance, et des fois, j’ai dû faire quelques ajustements !

 

!!! Attention mise en garde !!!

L’exemple que je vous ai donné n’engage uniquement que moi. Ce sont MES idées, MES croyances, MES convictions.

Vous avez le droit d’être choqués, trouver mes convictions bizarres, farfelues, ou encore être complètement d’accord avec moi.

Ne vous laissez pas influencer par les autres… et ça commence par moi !

 

!!! Attention autre mise en garde !!!

Il faut bien faire la distinction entre croire en quelque chose et l’assumer !

Ce n’est pas parce que vous faites le tri dans vos croyances que vous arriverez à les assumer directement.

Non. Ça serait trop facile, haha !

Mais comprenez bien que les seules personnes qui assument sont celles qui ont toute confiance en ce qu’elles disent, ce qu’elles pensent, ce qu’elles croient !

Vous n’arriverez jamais vraiment à assumer une croyance qui n’est pas la vôtre.

D’où l’importance de bien faire cette étape du tri et savoir qui on est vraiment au fond de nous pour pouvoir passer à l’étape suivante :

Étape 4 – S’assumer pleinement face aux autres

 

 

 

Cet article fait partie de la pentalogie suivante :

 

 

Crédit photo : Jessica Christian

Elsa Chamant Accompagnement, Agir, Comprendre, Tous mes articles

2 Replies

  1. Bonsoir mon coeur,

    Travail de longue haleine… mais nécessaire. Bravo pour la méthode !!

    Ta maman d’amour qui t’aime de tout son coeur.

    Pleins de bisous

    1. Bonsoir maman chérie !
      Oui un gros travail, qui prend du temps… Mais le jeu en vaut la chandelle ! 🙂
      Et la méthode n’est pas si compliquée que ça, c’est l’introspection et la réflexion le plus dur.
      Des bisous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.